Accueil > Actu Auto > Le Gazole, qu’en est-il ?
Les actualités auto

Le Gazole, qu’en est-il ?

Commençons par le début, je crois qu’il y a la moitié de la population qui se perd entre le mot « gazole » et « gasoil ». Le « gazole » ou diesel est issu de l’anglais « gasoil » (= fioul, mazout). Retenez donc qu’en France, nous consommons du « gazole et non du gasoil ».

Issu du raffinage du pétrole, ce carburant est un gros émetteur de particules fines nocives pour le système respiratoire. Nos amis Japonais l’interdisent formellement quand celui-ci est fortement taxé par nos voisins Suisses ou Danois. Les Etats-Unis le laissent en libre consommation mais est vendu plus cher que l’essence. En France, nous sommes encore majoritaires à l’utiliser.

Le gazole qu'en est-il?

Pourquoi le prix baisse-t-il autant ?

Pour comprendre la raison de cette baisse, il faut connaître les éléments constituant le prix de ce carburant : une fois le pétrole brut acheté, il faut ajouter le coût du raffinage, puis le coût de transport de stockage, de distribution (environ un centime d’euros par litre ; ce qui est colossal quand on sait que la consommation de carburant s’est élevé à 50 milliards de litres en 2013 !!) et les taxes représentant 50 à 60% du prix à la pompe.

Le cours du pétrole chute d’environ 30% ! Tout ceci s’explique pour deux raisons :

1// Le baril de brut coûtait 80 dollars soit 64 euros, ce 25 novembre 2014, contre 115 dollars à la mi-juin, soit une baisse de 30%. Notons toutefois que le dollar s’est affaibli face à l’euro.

Ce qui donne finalement, dans notre monnaie, une chute du prix du baril de 26%. En cause une offre supérieure à la demande. La production mondiale est abondante et progresse plus rapidement que la demande moins importante que prévu, notamment en Europe et en Chine.

L'exploitation des nouveaux pétroles, tels que le noir bitumeux ou le pétrole de schiste, surtout aux Etats-Unis, viennent en outre gonfler l'offre. Si bien que la production américaine de brut a dépassé celle de l'Arabie Saoudite. L'or noir, cette ressource qu'on craignait voir s'épuiser à la vitesse grand V, semble finalement avoir un avenir devant lui.

 

Nous étions tous optimistes face à ces nouvelles mais il n’en fallait pas plus pour nous faire redescendre sur terre par l’arrivée de nouvelles taxes. Face à l’abandon de l’écotaxe, le gouvernement a décidé d’augmenter de 2 centimes par litre pour le diesel dès janvier 2015. Puis en avril, le diesel subira une nouvelle hausse de la fiscalité de 2,4 centimes par litre et l’essence de 2 centimes, en raison, cette fois, de l’augmentation de la taxe carbone.

 

Pour conclure, la baisse est de courte dure et relative puisqu’en deux temps, le gouvernement  infligera une hausse de 4,4 centimes pour le gazole et 2 centimes pour l’essence.