Accueil > Actu Auto > Comment choisir son siège auto ?
Les actualités auto

Comment choisir son siège auto ?

Comme on se l’était dit la semaine dernière, l’heure de notre rendez-vous hebdomadaire à sonner ! Une fois l'achat de voiture effectué, il faut aborder les équipements de véhicule. Nous allons effectivement aborder le choix du siège auto.

Quel siège auto choisir ?

Nous nous sommes tous confronter au moins une fois à devoir choisir cet objet tant important et protecteur qu’énigmatique dans sa conception. Les fabricants ont bien  compris et nous mettent à disposition un très large choix de sièges.

Avant tout côté pratique et esthétique, il faut qu’il renseigne les normes obligatoires.

S’il est éjecté hors de l’habitacle au cours d’une collision, le risque pour un enfant d’être tué est multiplié par 6 ou 7 ! L’utilisation d’un siège auto adapté à son poids, son âge et sa morphologie est donc fondamentale. Mais parce qu’il n’est pas toujours facile de s’y retrouver, voici nos conseils d’expert pour faire le bon choix.

Le siège doit être homologué (c’est impératif !) pour garantir sa conformité aux normes en vigueur. Assurez-vous qu’il porte sur l’étiquette la lettre E suivie d’un chiffre dans un cercle prouvant qu’il est conforme aux normes de sécurité routière européennes. Le chiffre qui suit le E, précise le pays d'Europe où cette homologation à été effectuée, étant entendu que celle-ci est reconnue par la France et les pays de l'Union Européenne.

Le siège auto adapté à l'âge et à la morphologie

Pour la sécurité de votre enfant, vous devez utiliser un siège adapté à son âge et à son poids. Il changera donc plusieurs fois de modèles au cours de sa croissance. Dans tous les cas, lisez attentivement la notice et appliquez-la à la lettre.

Ces sièges-auto sont répartis en 5 groupes :

Pour les tout-petits

Les groupes 0 pour les tous premiers mois de la naissance jusqu’à 10 kg (naissance à 9-10 mois environ) et 0+ de la naissance jusqu’à 13 kg (naissance à 12-13 mois environ).

2 systèmes possibles :

  • Le lit-nacelle à utiliser de préférence pour un long trajet jusqu’à ses 6 mois. Il se fixe transversalement sur la banquette arrière à l’aide de la ceinture de sécurité. Le bandeau de maintien doit impérativement être fermé.
  • Le siège « dos à la route » pour les petits trajets quotidiens. La position dos à la route est la plus sûre pour votre bébé, sa musculature n’étant pas assez développée et ses cervicales trop fragiles pour résister à une forte décélération. Il se fixe par la ceinture de sécurité en respectant scrupuleusement les instructions du fabricant. Installez-le de préférence à l'arrière. Si vous devez le placer à l'avant, il est obligatoire de désactiver l'airbag passager, car en se gonflant, le coussin pourrait venir heurter le siège avec une puissance capable de tuer ou de blesser l'enfant.

Il est déconseillé de faire de longs trajets avec des nourrissons dont les vertèbres et le cou sont encore trop fragiles. Dans tous les cas, faites des pauses régulièrement.

À partir de 9/10 mois

Groupe 1 : entre 9 et 18 kg (9-10 mois jusqu’à 3-4 ans)

Le siège-baquet. À coque rigide ou à double coque, il se fixe à l’aide de la ceinture de sécurité en respectant scrupuleusement les instructions du fabricant. Il enveloppe l’enfant, maintenu grâce aux cinq sangles du harnais. Ces dernières passent sur ses épaules, sur le haut de ses cuisses et entre ses jambes, évitant que l’enfant ne glisse par en dessous en cas de décélération brutale. Attention, le siège baquet se fixe obligatoirement à l’arrière.

À partir de 3/4 ans

Groupes 2 et 3 : entre 15 et 36 kg (à partir de 3/4 ans jusqu’à 10 ans)

Lorsqu'il dépasse 15 kg, et jusqu'à ses 10 ans environ, installez votre enfant dans un rehausseur, qui permet d'utiliser dans de bonnes conditions la ceinture adulte. Quand votre enfant aura atteint une taille comprise entre 1,35m et 1,50m, il pourra s’attacher comme les grands, mais pas avant, même s’il a 10 ans révolus.

  • Le rehausseur à dosseret. Il assure un bon maintien du buste et permet, grâce à un passant, de guider la ceinture sur l’épaule de l’enfant. Il est adapté jusqu’à l'âge de 6 ou 7 ans, voire plus si le dosseret est réglable et amovible.
  • Le rehausseur sans dosseret. Ses accoudoirs maintiennent la sangle abdominale. Avant d’utiliser ce rehausseur (notamment dans le cas d’un rehausseur à dosseret amovible), vérifiez que la ceinture est bien positionnée sur l’épaule et non sur le cou de votre enfant. Sinon, c’est qu’il est encore trop petit.

Il est fortement recommandé d’utiliser un rehausseur avec dosseret qui assure un bon maintien du buste (notamment en cas d’endormissement) et guide la ceinture sur l’épaule. Le rehausseur sans dosseret est adapté à votre enfant dès lors que la ceinture de sécurité passe sur son épaule et non sur son cou.

Une fixation plus sûre et plus simple

Parce qu'il permet de se passer complètement de la ceinture de sécurité, le système d'attache Isofix réduit à presque rien le risque de mauvaise installation du siège auto, ce qui constitue un avantage déterminant.

Le principe de l'Isofix ?

Deux pinces rigides

Côté voiture, deux solides anneaux métalliques sont dissimulés dans la banquette arrière, entre l'assise et le dossier… sans risque de blessure pour la personne qui s’y assoit en l’absence de siège auto !
Le siège enfant, lui, est doté de deux pinces métalliques rigides terminées par un crochet. Elles se clippent, par simple poussée, dans les deux anneaux du véhicule.

Un troisième point d’attache

L’Isofix comporte un 3ème point de stabilité (dispositif anti-rotation) permettant d'empêcher le siège auto de basculer vers l'avant en cas de collision.

… selon deux modalités

  • soit une "Top Tether" ou sangle de retenue, qui fixe le dossier du siège auto au véhicule. Cette solution dite "universelle" est compatible avec tous les véhicules équipés Isofix ;
  • soit une "jambe de force", réglable en hauteur, qui s'appuie sur le plancher de la voiture et stabilise le siège. Cette solution, dite "semi universelle", nécessite de vérifier la compatibilité de ce système avec votre véhicule.

siège auto

Le 3ème point d’attache Isofix est soit une sangle (1) soit une jambe de  force qui s’appuie sur le plancher (2).                  

© image Bébé Confort

 

 

 

Isofix, c'est déjà demain !

Isofix est apparu sur les modèles de véhicules commercialisés depuis le 26 février 2006. Il est devenu obligatoire sur tous les véhicules neufs depuis début 2011. On estime qu’à ce jour encore un véhicule en circulation sur deux n’en dispose pas…

 

Que permet le système Isofix ?

Une meilleure efficacité du dispositif de retenue en cas de choc puisque le siège et la banquette du véhicule font corps.
Une installation simple et sans risque d’erreur.

En conclusion, il est important de miser sur la sécurité avant tout comme vous vous le doutiez mais voici quelques derniers conseils :

• Le siège auto doit être évidemment homologué (la lettre E suivie d’un code pays dans un cercle).

• N'achetez pas un siège d'occasion dont vous ne connaissez pas la provenance ou l’utilisation passée. Préférez toujours un siège neuf même si sa durée d’utilisation est courte. Sachez qu’après un choc, le siège peut présenter des défauts invisibles à l’œil nu qui peuvent le rendre inefficace en cas d’accident.

• Optez pour un dispositif sûr et simple d’usage, surtout si vous devez régulièrement le faire passer d’une voiture à une autre. Si votre voiture le permet, adoptez sans hésiter un siège à système Isofix.

• Choisissez un modèle confortable pour votre enfant, qu’il puisse jouer et regarder dehors tout en étant bien maintenu, etc.

• Pour faire le meilleur choix, consultez les tests comparatifs des organismes de consommateurs (Que choisir ? 60 millions de consommateurs, etc.) ou lors de crash-tests (Euro NCAP, TCS ou ADAC).

• Essayer-le avant d’acheter. N’hésitez pas à demander au vendeur de faire une démonstration d’installation dans votre véhicule.

Le saviez-vous ?

Un siège auto doit impérativement être remplacé après tout accident ou choc. Même lors d’un petit accrochage, le siège peut avoir été endommagé de manière non apparente. Votre assurance prend en général en charge le remplacement (voir le contrat souscrit).

 

Voilà, pour le choix de votre siège auto en attendant notre rendez-vous de la semaine prochaine pour des conseils sur son installation, nous vous souhaitons une agréable journée !

Votre mandataire auto